mardi 15 novembre 2016

[Brève] Une faim d'épinoche


Larves de S. solidus infectant une épinoche (à gauche) et retirées de son corps (à droite) (source)



Le Schistocephalus solidus est un parasite intestinal au cycle de vie complexe. Ses hôtes définitifs,  les oiseaux marins, rejettent les oeufs du parasite dans l’eau avec leurs matières fécales, où ils atteignent le premier stade larvaire qui est ingéré par le zooplankton. Celui-ci est lui-même mangé par un poisson, l’épinoche à trois épines (Gasterosteus aculeatus) qui, à son tour, est ingurgité par un oiseau… et le cycle continue. 

La présence de S. solidus influence le comportement de l’épinoche. Ce dernier se voit prendre beaucoup plus de risques face à ses prédateurs, permettant au parasite d’être transféré dans l’hôte suivant. 

Des chercheurs de l’ Institut Max Planck pour la Biologie Evolutionniste ont voulu tester si cet effet était dû à une manipulation directe par le parasite, comme il l’a été soupçonné chez d’autres espèces. Ils ont observé que les poissons arrivés à satiété ne prenaient pas plus de risques s’ils étaient infectés par le parasite que s’ils étaient sains. Ainsi, la prise de risques face à la prédation serait dûe uniquement à un besoin en énergie plus important causé par le parasite qui épuise les réserves de son hôte.  Dès lors, le poisson n’aurait d’autre choix que de s’exposer, poussé par la nécessité de se nourrir. 


Références 

Hafer N. et Milinski M., 2016 – “An experimental conflict o f interest between parasites reveals the mechanism of  host manipulation” Behavioral Ecology, vol 27, n° 2, p. 617-627 (doi: 10.1093/beheco/arv200).(lien)


BirdLady
 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire